Menu

#Focus – Cyansunset

Interviews

#Focus – Cyansunset

Categories

#Focus – Cyansunset

Peux-tu nous résumer ta carrière ainsi que ton évolution personnelle? 

J’ai vécu en République Dominicaine, ma terre natale, jusqu’à l’âge de 10 ans. Ensuite j’ai déménagé en Espagne. Dès que je suis arrivé dans ce pays, j’ai entamé une existence laborieuse et pleine de sacrifices. J’ai débarqué là-bas avec un tas de difficulté en termes linguistiques et éducationnels. Je n’étais pas si mal lotis que ça. Pouvoir venir en Espagne fut une aubaine pour moi, mais j’ai du tout de même m’adapter très rapidement à un nouveau système éducationnel et atteindre un niveau me permettant de rattraper le retard accumulé. Je ne voulais pas être mis de côté, ni m’exclure.

Lorsque j’évoque les sacrifices, je repense à toutes les choses que j’ai laissées derrière moi pour être performant à l’école. Je me suis recentré sur les basiques pour en tirer tout ce que je pouvais. Et à tout moment j’avais la possibilité de me rediriger vers le monde de l’art mais prendre ce risque m’effrayait. J’avais peur de l’échec. J’ai fait une croix sur ma personne pendant un bon moment, sans non plus vendre mon âme au diable, mais en patientant jusqu’au Lycée. A ce moment, la vraie vie a commencé. Une fois mon parcours terminé, je me suis de nouveau tourné vers ce que j’appelle “mes choses” : le sport, l’art et ma personne.

Jusqu’au Lycée je n’étais qu’un élève parmi tant d’autres. C’est à l’université que j’ai découvert l’art. J’ai fait le choix d’étudier des matières dans lesquelles la créativité était très présente pour développer mes compétences, mais tout cela restait vraiment très classique, standard.

Ce n’est pas pour autant que ce fut ennuyeux et insensé. Dans le même temps je me battais sur deux fronts : un personnel pour rester vivant, et un officiel pour survivre dans le système. Je rencontrais beaucoup de monde tout en clarifiant mes objectifs et développant mon esprit créatif. Je me rappelle d’ailleurs la première que j’ai pratiqué le Graphic design lorsque j’avais à peine 12ans, époque du “Wow les ordinateurs peuvent faire des choses”. Mon père et moi aimions énormément la technologie. Nous avions pour habitude de créer des ordinateurs à partir de pièces trouvées dans la rue. J’ai commencé à faire des choses bizarres sur Paint que j’effaçais directement après réalisation. Puis un beau jour je me suis retrouvé avec un meilleur logiciel, Power Points, avec des animations, des programmes et toutes sortes de choses. C’était vraiment le pouvoir du point, le “real power point”. Quand je fus assez grand pour reconnaitre la qualité de ce que je réalisais, je me suis mis à poster mon travail. Suite à cela, les spectateurs m’ont redirigé vers des logiciels tels que InkScape et d’autres, comme mon très cher Photoshop.

12357290_1664788063806807_318594218_n

Qu’est-ce qui t’a poussé à devenir Graphic Designer? 

Un tas de choses. Lorsque j’étais en République Dominicaine, je vivais dans un petit village. Dès qu’une personne m’emmenait un peu plus loin de chez moi, à tous les coups, j’étais époustouflé, fasciné par les énormes panneaux publicitaires, toutes ces couleurs et ces lumières. Ce fut la même chose lorsque je vis la télé pour la première fois. Tout cela pour moi était la preuve explicite de l’existence d’un autre monde, loin du mien, par-delà mes frontières. A cette époque j’adorais vraiment les pubs, je faisais avec les seules références visuelles que j’avais et c’étaient celles-là. Mais l’envie me vint réellement lors du changement de continent. Quand je suis arrivé, j’ai trouvé les publicités littéralement affreuses et je le pense encore aujourd’hui, dans une moindre mesure. Voici ce que je me suis dit à l’époque : “ ces gens n’y connaissent rien dans la transmission d’émotions et ne possèdent rien de la kyrielle de couleurs qu’offre la “Caribbean touch”. Arrive vite à l’âge adulte parce qu’avec ce que tu es et ce que tu as vu, tu vas tout déchirer.” C’est d’ailleurs en Espagne que j’ai apprécié avoir un nom d’artiste. C’était le début d’une carrière.

 

Qu’est-ce que tu aimes et détestes le plus dans ton travail? 

J’adore ce que je fais pour une raison déjà : cela fait de moi un artisan. J’aime tellement avancer dans mon travail pour le voir enfin terminer que je perds toute notion de temps, d’espace. Tous mes problèmes et tracas s’évanouissent pour laisser place à la création. Le Graphic Design permet à mon vrai moi de s’exprimer pleinement. C’est une forme d’expérience émotionnelle pour moi telle que la méditation. Le Graphic design devient mon propre instrument avec lequel je créé un langage.

Ce que je n’aime pas relève d’un trait de personnalité : je ne sais jamais quand je devrais m’arrêter. Si je ne contrôlais pas mon Instagram, il serait inondé d’œuvres identiques en pleine phase d’élaboration. Lorsque vous voyez mes réalisations sur Instagram, vous pouvez observer une pièce centrale similaire, avec différentes formes. Pourquoi donc? Parce que je pense que c’est toujours inachevé, que je n’ai pas pu y mettre, y donner, tout ce que pouvais, tout ce que je voulais.

Peux-tu nous expliquer tes manières de travailler, nous décrire ton processus de création?

Je créé d’une manière holistique, shamanique et mystique, que j’ai du mal à décrire. J’ai l’intime conviction que tout démarre d’un rêve, d’une perception. Tout ce dont j’ai besoin est un bon prétexte pour stimuler, provoquer mon imagination. Je m’assois dans la position de la fleur de lotus pour méditer, penser, et je parcours le plus profondément l’idée avec mon esprit. Ensuite je vais dormir et je me réveille avec tout ce dont j’ai besoin pour démarrer. J’use également d’autres méthodes comme le brainstorming ou le croquis lorsque je travaille en groupe. Par contre, quand je me retrouve tout seul, tout se fait de manière très mystique.

Je trouve ma manière de travailler à la fois simple et complexe. Je me rappelle mes cours d’Anthropologie durant lesquels le professeur m’a appris à nommer les choses que je faisais depuis tout petit, sans le savoir. Beaucoup d’autres élèves eurent une sensation similaire. J’aimais beaucoup ce professeur.

Je produis de manière curieuse, c’est à la fois artisanal et shamanique. Je me sens artisan du fait de l’abstraction, l’attention et du temps que je mets à donner vie à mes idées et les transformer en quelque chose de matérialisable. Je me sens aussi Shaman lorsque je bosse avec mes programmes, mes photos etc… Je ne me lance pas à corps perdu dans l’idée. Je m’assois devant mon laptop avec une série d’éléments basiques, les germes de l’idée en d’autres termes. C’est à ce moment que je démarre. Je laisse le sujet m’envahir, je ne cherche plus à avoir le contrôle. Les choses ne doivent pas être forcées, je laisse les éléments être ce qu’ils doivent être sur la toile, se placer là où ils doivent se placer. Ils sont pour moi comme un micro univers où chacun doit être heureux et en harmonie.

11917845_1525626147759051_1942950965_n

Sur quoi porte réellement ton travail? 

A l’heure d’aujourd’hui il est animé par ma personne, mes peurs, mon âme, ce que j’aime vraiment autour de moi, les choses que j’ai envie de changer ou de terminer et surtout…par le fantastique, beaucoup de fantastique. J’explore de nouveaux univers : mon art s’inscrit dans un monde onirique, un état d’esprit, des frustrations et les Jardins d’Eden. Mes personnages actuels sont des animaux, des créatures, des esprits, des essences, tous très conceptuels. Je ne peux aller plus loin dans l’explication. Je vous invite donc à jeter un œil à ce que je fais pour que vous voyez de vous-même ce que cela vous évoque. Et si vous en avez l’envie, venez boire un café en ma compagnie pour que je vous dévoile certains sens cachés !

Actuellement, travaillez-vous sur un nouveau projet?

Oui, je finis une série appelée “Hueco/Hollow”, qui traite du processus de transmutation des imperfections personnelles en quelque chose de mieux. Mais je suis tout le temps en train de bosser sur des nouveaux projets depuis que j’utilise Instagram comme cadre de mon travail. Je poste une photo quotidienne tant que mon rythme me le permet. Aujourd’hui j’ai envie d’explorer le corps de la Femme, travailler sur de grosses scènes en essayant d’opérer un focus sur le détails.

Qu’aimerais-tu avoir réussi d’ici quelques années?

Décrocher un job ah ah. Non…franchement, perfectionner mon style, améliorer ma technique et avoir un portfolio remplit de séries aussi dérangeantes qu’oniriques. Je veux également commencer à réaliser plus de motion graphic artworks en ajoutant des particules et des effets visuels bien dingos. Mon but est d’explorer les possibilités de la 3D, travailler avec le plus de personnes différentes et exposer mon art aux yeux de tous. L’idéal serait de bien bosser pour ensuite rentrer dans un studio, travailler pour une grande compagnie ou devenir “directeur créatif”, qui sait…!

A quelles réactions t’attends-tu des gens lorsqu’ils découvrent tes œuvres?

Je m’attends à un bon gros “What the fuck???” J’aime à penser qu’ils sont choqués en croyant que je suis un drogué mais voilà, Salvador Dali a déjà tout dit pour moi : “Je ne prends pas de drogues, je suis la drogue”. Plus sérieusement, je souhaite que les gens soient amusés, impressionnés, qu’ils se reconnaissent dans le personnage principal de mes œuvres. Qu’ils pensent, méditent et soient heureux !

Nous vous avons repéré sur Instagram. Comment les nouvelles technologies changent votre manière de créer et d’interagir avec votre audience? 

C’est un changement incroyable. La technologie me permet d’avoir la sensation de créer sans devoir gâcher des ressources. Le digital c’est l’infini. La technologie me permet également de réaliser instantanément comment mon travail est perçu. Cela me permet de connaitre mon public, de réaliser que je suis bon dans ce que je fais, et le must, de rencontrer des gens différents pour m’enrichir de la multitude des points de vue.

12298901_1037662382942173_1715401490_n

0 Commentaires Leave a reply

    Leave a comment

    Your comment(click button to send)

    We Are MC
    Partager

    This is a unique website which will require a more modern browser to work!

    Please upgrade today!