Menu

ITW – Filip Hodas

Digital Art

ITW – Filip Hodas

Categories

Filip Hodas est un graphiste originaire de Prague. Il est connu pour son travail de modélisation 3D aussi captivant que déroutant. Plongée dans l’univers surréaliste du jeune tchèque.

Peux-tu nous résumer ton parcours et nous expliquer ce qui t’a poussé à devenir graphiste ?

Je suis dans le graphisme depuis 4 ans. Auparavant, je faisais du 2D, principalement pour de l’impression. Ma révélation eu lieu en mars 2015. Après avoir admiré pendant des mois les travaux de Mike Winkelmann et de Joey Camacho, j’ai décidé de me forcer à produire des rendus 3D quotidiennement pour pour apprendre. Je ne sais pas vraiment quand j’ai décidé de devenir graphiste, c’est probablement arrivé après que je quitte l’université. Je suppose que ma motivation était de gagner un peu d’argent supplémentaire et d’occuper mon temps libre. 

Quelles sont les choses que tu préfères/détestes concernant ton travail ?

J’adore la liberté que cela procure et la satisfaction du travail accompli. Je déteste en revanche les heures passées sur des rendus qui ne correspondent pas à ce que je souhaitais faire initialement. Et par ailleurs, je déteste encore plus devoir les publier. :) 

Peux-tu nous en dire plus sur ton processus créatif ?

J’ai peur qu’il n’y ait pas grand chose à expliquer. Tantôt j’arrive avec une idée, et les choses se font d’un trait très naturellement, tantôt je suis désespérément à la recherche d’inspiration. Quand c’est le cas, je tente des rendus aléatoires, en priant pour que quelque chose de positif en émerge. Récemment j’ai commencé à faire des listes d’idées pour développer ma créativité. Pour être tout à fait honnête, la plupart de mes travaux préférés sont le résultat d’heureuses coïncidences. Pour rentrer dans les détails techniques, j’utilise Zbrush pour la sculpture digitale et World Machine pour les paysages. J’assemble le tout dans Cinema 4D et j’exporte le tout via Octane. J’utilise également plusieurs plugins via C4D, tels que X-Particles 3 pour les simulations et Thrausi pour les effets déstructurations.

Selon toi, quel sens donner à ton art ?

A titre personnel, j’essaye de me dépasser, de repousser mes limites et de me sortir de ma zone de confort. D’un point de vue plus artistique, je pense que mes travaux parlent de contrastes et d’inouï, de rencontres absurdes entre des environnement réels et des objets tranchants venus d’ailleurs.

 

As-tu des projets en cours ?

Je continue de produire un rendu par jour, ce qui ne laisse pas beaucoup de place pour le reste. J’ai eu quelques conversations avec des artistes pour envisager des collaborations, nous verrons ce que cela va donner ! Je souhaite juste pouvoir continuer le plus longtemps possible, et évidemment trouver quelques clients ! :)

Nous t’avons trouvé sur Instragram ? Qu’est-ce-que les réseaux sociaux ont changé dans ta façon de procéder ?
 
Instagram a littéralement tout changé pour moi. Je n’ai jamais vraiment cru au potentiel de mes travaux sur le net. Aujourd’hui, après 7 mois de publications quotidiennes, j’ai plus de 36K followers! Je tiens donc à remercier massivement les gens qui me suivent sur Instragram, Behance et Facebook, ça me motive à aller plus loin!

– Interview by Yannis Mouhoun
We Are MC
Partager

This is a unique website which will require a more modern browser to work!

Please upgrade today!